Are Seed Oils Harmful To Our Health?
Si vous avez passé plus de 40 secondes sur les réseaux sociaux, vous avez probablement vu des gens avertir tout le monde des dangers des huiles de graines. Et parce que la question de l'huile de graine est l'un des arguments les plus compliqués et déroutants à interpréter pour les profanes, il est facile de […]

huile de canola

Si vous avez passé plus de 40 secondes sur les réseaux sociaux, vous avez probablement vu des gens avertir tout le monde des dangers des huiles de graines. Et parce que la question de l'huile de graine est l'un des arguments les plus compliqués et déroutants à interpréter pour les profanes, il est facile de se croire sur parole.

Donc, pour vous empêcher de faire cela, je vais intervenir ici et tout décomposer pour vous.

Aussi: j'en ai vraiment marre d'entendre à quel point ces huiles sont toxiques, de la part de personnes qui n'ont aucun indice.

Je suppose que je révèle ma position sur le sujet, mais cela ne devrait pas être la fin de l'histoire. J'ai mes opinions, mais je n'ai pas droit à ma propre science. Aucun de nous ne le fait, c'est pourquoi lorsque vous voyez quelqu'un donner une opinion sur quelque chose, vous devriez lui demander la science qu'il utilise pour étayer ses déclarations. Vous serez surpris de voir que beaucoup de gens n'auront rien à vous montrer, ou que ce qu'ils vous montrent est mal fait et ne prouve pas leur point de vue.

Bienvenue dans l'ère de la post-vérité, je suppose.

Je vais entrer directement dans les affirmations qui sont faites au sujet des huiles de graines et ce que la dernière science en dit.

Notez que je ne travaille pour aucune industrie liée à l'huile de graine, alors ne m'envoyez pas de courrier électronique ou de commentaire en me disant que je suis un shill.

Que sont les huiles de graines?

Le terme `` huiles de graines '' est souvent utilisé de manière interchangeable par les guerriers diététiques pour désigner à la fois les huiles qui proviennent de graines - comme le canola et le carthame, et les huiles végétales, comme le maïs et le soja.

Ces huiles sont généralement extraites de la plante à l'aide d'un solvant chimique, puis désodorisées et raffinées afin de neutraliser les odeurs et le goût. Parfois, les entreprises extraient l'huile en écrasant les graines des plantes au lieu d'utiliser des produits chimiques. Ces produits sont souvent étiquetés comme «pressés à froid» ou quelque chose de similaire.

Mais la méthode d'extraction fait-elle vraiment une différence dans la salubrité (ou non) de ces huiles?

Bien que toutes les huiles soient une combinaison d'acides gras monoinsaturés, polyinsaturés et saturés (non, l'huile d'olive n'est pas une graisse mono-insaturée pure), les huiles de graines et végétales ont tendance à avoir des niveaux élevés de graisses polyinsaturées, autrement appelées AGPI.

Ces AGPI ont été vilipendés par des `` médecins '' comme Mark Hyman, des guerriers du régime LCHF / Keto et des saccadés comme le Food Babe, qui disent que l'inflammation causée par les AGPI est responsable de tout, des maladies chroniques comme le cancer, la maladie d'Alzheimer, les maladies cardiaques et l'obésité. Ces personnes affirment également que les huiles PUFA contiennent des produits chimiques toxiques et des OGM qui ne devraient jamais être consommés.

Cela semble effrayant. Mais est-ce vrai?

Les AGPI peuvent être classés en oméga-3 et oméga-6. Il y en a d'autres, mais ils ne sont pas pertinents pour ce post.

Vous connaissez peut-être les oméga-3 comme les «graisses saines», et vous avez peut-être entendu parler des oméga-6 comme des «graisses inflammatoires nocives».

Ainsi, toutes les huiles ont un certain niveau d'AGPI, qui peuvent être classés en oméga-3, 6 ou 9.

Ce graphique de Action nutritionnelle montre la teneur en acides gras des graisses populaires:

Huiles de graines

Tant de questions! Attaquons-nous.

Huiles de graines et inflammation.

Je veux commencer ici, car dans les années passées, même moi, j'ai été pris dans l'affirmation selon laquelle les huiles de graines provoquent une inflammation. Je suis sûr qu'il y a un vieux billet de blog ou quelque chose qui traîne qui me fait dire à quel point les oméga-6 sont inflammatoires. Mais parce que j'ai depuis eu de nombreuses conversations à ce sujet avec des scientifiques comme Kevin Klatt et le Science alimentaire bébé entre autres, et j'ai dû faire des recherches à ce sujet pour mon article sur l'huile de cuisson ainsi que pour mon prochain livre, Bonne nourriture, mauvaise alimentation, J'ai changé mon air. Il est sûr de dire que j'ai fait le tour du bloc avec les recherches existantes sur les AGPI et l'inflammation.

Et par «recherche existante», j'entends des études récentes et bien faites avec une méthodologie solide. Pas d'études exclusivement réalisées sur des rongeurs ou dans des plats de laboratoire car, eh bien, êtes-vous un rat?

Pour commencer, je suis d'accord avec les affirmations selon lesquelles notre consommation d'AGPI a considérablement augmenté avec notre consommation d'aliments ultra-transformés. Ces aliments sont rarement fabriqués avec des graisses à haute teneur en monoinsaturés; vous trouverez généralement des graisses polyinsaturées dans ces aliments, en combinaison avec des sucres ajoutés et des céréales raffinées.

Peut-être pas une coïncidence, prévalence de certaines maladies chroniques en Amérique du Nord a également augmenté pendant cette période.

Mais qu'est-ce que les AGPI ont à voir avec cela?

Les croyants en cette affirmation émettent l'hypothèse que le risque de maladie chronique augmente avec l'inflammation chronique dans le corps, ce dont je ne suis pas ici pour discuter (car c'est probablement vrai).

La question ici est la suivante: les AGPI sont-ils responsables de l'inflammation qui cause ces maladies?

Il y a tellement d'informations contradictoires à ce sujet, je suis presque devenu fou de tout analyser. Heureusement, j'ai eu l'aide de gens qui font encore plus de science que moi.

Voici l'affaire:

Bien que les cellules impliquées dans l'inflammation contiennent des taux élevés d'acide arachidonique (un AGPI), un lien entre les AGPI et l'inflammation n'a jamais été prouvé.

Une revue 2019 des études en circulation ont constaté que des niveaux élevés d'acide linoléique - un AGPI - étaient associés à une réduction du risque d'événements cardiovasculaires.

Et bien qu'il y ait plusieurs articles de James DiNicolantino en particulier qui semblent relier les AGPI à des effets néfastes sur la santé, il est largement connu que ce type est un pharmacien qui se fait appeler `` médecin '', fait la promotion du sauna pour le traitement des covid et `` élimine les toxines '', et est un énorme anti-PUFA à faible teneur en glucides avocat. Cependant, il ne peut étayer aucune de ses affirmations par des recherches appropriées. Ses références pour cet article fréquemment cité, par exemple, incluez des études réalisées dès 1965 et de nombreuses autres réalisées sur des souris.

Non merci. J'obtiendrai mes recherches de quelqu'un qui n'émet pas de théories du complot ou obtenir leurs informations d'anciens articles Cosmo.

Une revue des études de 2017 n'a trouvé aucun lien entre une alimentation riche en AGPI et des marqueurs inflammatoires. Cette revue d'études 2020 laisse tomber le micro sur l'hypothèse de l'inflammation ainsi que sur l'importance du rapport oméga-3: oméga-6:

«La raison pour laquelle le rapport des AGPI oméga-6 à oméga-3 semble sans importance pour prédire une maladie cardiométabolique ou une inflammation est probablement parce que les préoccupations concernant ce rapport sont en partie formées sur la base d'un certain nombre d'hypothèses incorrectes et simplifiées - par exemple, que les oméga- 6 AGPI dans l'ensemble sont pro-inflammatoires, que les AGPI oméga-6 (et l'acide linoléique en particulier) ont des effets indésirables sur le risque de maladie cardiovasculaire (bien qu'en fait les AGPI oméga-6 et oméga-3 soient liés à un risque plus faible), et que la réduction de l'apport d'acide linoléique réduira les concentrations d'acide arachidonique (en revanche, les suppléments d'acide linoléique n'augmentent pas les concentrations d'acide arachidonique dans le plasma ou le tissu adipeux). »

Mais comme si ce sujet n'était pas assez déroutant, une nouvelle étude 2020 souligne l'importance de la consommation d'oméga-3, en particulier de DHA et d'EPA, pour leurs propriétés anti-inflammatoires. Ce que cette étude suggère, c'est qu'un régime avec des graisses exclusivement ou riche en oméga-6 n'est peut-être pas le meilleur choix pour la santé.

Cela étant dit, recherche préliminaire suggère que toute différence dans la façon dont nous réagissons aux AGPI peut résider dans nos gènes… parce que c'est bien sûr le cas.

En ce qui concerne les AGPI causant des maladies, personne n'a jamais isolé ces graisses comme cause d'une maladie ou d'une affection. Mais il n'est pas loin de supposer que les personnes qui consomment de grandes quantités d'huiles raffinées en consomment probablement de grandes quantités dans des aliments ultra-transformés. La qualité de leur régime alimentaire peut ne pas être très élevée, avec peu de fruits et légumes et moins de fibres que ce qui est recommandé.

Huiles de graines et cuisson.

Lorsque nous cuisinons avec des huiles, nous les soumettons à la chaleur. Les huiles de pépins de raisin, de canola et de tournesol, qui sont toutes trois considérées comme des «huiles de graines» AGPI, ont les points de fumée les plus élevés de toutes les huiles de cuisson couramment utilisées. Ils contiennent également au moins deux doubles liaisons dans leur structure, ce qui les rend plus volatils sous la chaleur. Lorsque l'huile est chauffée au-delà de son point de fumée, ces liaisons commencent à se décomposer et à réagir avec l'oxygène, formant des composés polaires qui peuvent être nocifs pour notre santé.

Mais ce n'est qu'une partie de l'histoire.

À quelle fréquence faites-vous frire?

Combien de temps votre huile est-elle à cette température?

À quelle hauteur chauffez-vous votre mazout?

Je peux vous dire ceci: ne chauffez pas vos huiles au-delà du point de fumée, et si vous utilisez la cuisson à haute température, ne le faites pas pendant des heures (ce que vous n'êtes probablement pas ... je veux dire, combien de temps cela prend-il pour faire des frites?)

Si vous faites frire avec de l'huile végétale, vous devriez la jeter ensuite au lieu de la réutiliser. Les composés polaires s'accumulent avec le temps lors de la cuisson à haute température.

Ce sont des OGM, et c'est mauvais.

Quand allons-nous arrêter de diaboliser les OGM? Il n'y a AUCUNE recherche crédible montrant que les OGM sont nocifs pour la santé humaine. Période.

Les huiles de graines sont chargées de produits chimiques issus du processus de raffinage.

La tactique de peur «chimique» est une des préférées des personnes dans l'industrie du bien-être, et oui, il existe des produits chimiques tels que l'hexane utilisés dans le processus de raffinage du pétrole. Mais même ainsi, le produit fini contient des quantités infimes de ces produits chimiques. Quand je dis «minute», je veux dire, par exemple, l'huile de canola contient 0,8 partie par million par kilogramme d'huile.

Si le processus de raffinage vous inquiète toujours, vous pouvez toujours acheter de l'huile de canola pressée à froid. C'est cher, mais ça existe.

Les huiles de graines contiennent des gras trans.

Celui-ci est vrai, en fait!

Le processus de raffinage de l'huile provoque la formation de gras trans, bien qu'ils soient présents à des niveaux très, très faibles dans les huiles raffinées avec lesquelles nous cuisinons. Toute quantité de gras trans n'est pas bonne, et ils s'additionnent si vous mangez un type d'huile plusieurs fois par jour. Variez les types de graisses que vous consommez et vous ne devriez pas avoir de problème.

Ils sont modernes, et comme nos ancêtres paléo ne les ont pas mangés, nous ne devrions pas non plus.

Je parie que les gens qui croient que ce truc prend des antibiotiques, mangent de la pastèque sans pépins et des carottes orange et utilisent des ampoules.

Ces choses n'existaient pas non plus à l'époque paléo, mais bon, la science.

En bref.

Au lieu de grignoter les graisses, il est tellement plus productif et intelligent de se concentrer sur la qualité globale de votre alimentation. Personne ne mange ces huiles isolément, il est donc temps de remplacer l'hystérie autour des huiles de graines par une meilleure compréhension de l'importance de nos habitudes alimentaires totales.

Méfiez-vous des déclarations générales sur les aliments telles que «X contient des produits chimiques toxiques» ou «Y est inflammatoire, ne le mangez jamais!

Il n'y a vraiment aucune nourriture sur la planète que nous ne devrions JAMAIS manger. Et si la peur vend des livres, des régimes et des produits, elle est contre-productive et inutile, en particulier en ce qui concerne la nourriture et l'alimentation.


to set yourself up for success, think about planning a healthy diet as a number of small, manageable steps rather than one big drastic change. If you approach the changes gradually and with commitment, you will have a healthy diet sooner than you think.

Simplify. Instead of being overly concerned with counting calories or measuring portion sizes, think of your diet in terms of color, variety, and freshness. This way it should be easier to make healthy choices. Focus on finding foods you love and easy recipes that incorporate a few fresh ingredients. Gradually, your diet will become healthier and more delicious

Start slow and make changes to your eating vêtements over time. Trying to make your diet saine overnight isn’t realistic or smart. Changing everything at once usually leads to cheating or giving up on your new eating plan. Make small steps, like adding a salad ( full of different color vegetables ) to your diet once a day or switching from butter to olive oil when cooking. As your small changes become habit, you can continue to add more healthy choices to your diet.

Small Changes Matter. Every change you make to improve your diet matters. You don’t have to be perfect and you don’t have to completely eliminate foods you enjoy to have a healthy diet. The long term goal is to feel good, have more energy, and reduce the risk of cancer and disease. Don’t let your missteps derail you—every healthy food choice you make counts.

Drink Water. Consider water as one of the central components to your diet. Water helps flush our systems of waste products and toxins, yet many people go through life dehydrated—causing tiredness, low energy, and headaches. It’s common to mistake thirst for hunger, so staying well hydrated will also help you make healthier food choices.

People often think of saine eating as an all or nothing proposition, but a key foundation for any healthy diet is moderation. Despite what certain fad diets would have you believe, we all need a balance of carbohydrates, protein, fat, fiber, vitamins, and minerals to sustain a healthy body.

Try not to think of certain foods as “off-limits. ” When you ban certain foods or food groups, it is natural to want those foods more, and then feel like a failure if you give in to temptation. If you are drawn towards sweet, salty, or unhealthy foods, start by reducing portion sizes and not eating them as often. Later you may find yourself craving them less or thinking of them as only occasional indulgences.

Think smaller portions. Serving sizes have ballooned recently, particularly in auberges. When dining out, choose a starter instead of an entrée, split a dish with a friend, and don’t order supersized anything. At home, use smaller plates, think about serving sizes in realistic terms, and start small. Visual cues can help with portion sizes—your serving of meat, fish, or chicken should be the size of a deck of cards. A teaspoon of oil or salad is about the size of a matchbook and your slice of bread should be the size of a CD case.

Healthy eating is about more than the food on your plate—it is also about how you think about food. Healthy eating vêtements can be learned and it is important to slow down and think about food as nourishment rather than just something to gulp down in between meetings or on the way to pick up the kids.

Eat with others whenever possible. Eating with other people has numerous social and emotional benefits—particularly for children—and allows you to model saine eating habits. Eating in front of the TV or computer often leads to mindless overeating.

Chew slowly. Take time to chew your food and enjoy mealtimes, savoring every biroute. We tend to rush though our meals, forgetting to actually taste the flavors and feel the textures of our food. Reconnect with the joy of eating.

Listen to your body. Ask yourself if you are really hungry, or have a glass of water to see if you are thirsty instead of hungry. During a meal, stop eating before you feel full. It actually takes a few minutes for your brain to tell your body that it has had enough food, so eat slowly.

Eat breakfast, and eat smaller meals throughout the day. A saine breakfast can jumpstart your metabolism, and eating small, healthy meals throughout the day ( rather than the standard three grande meals ) keeps your energy up and your metabolism going.

Fruits and vegetables are the foundation of a saine diet. They are low in calories and nutrient dense, which means they are packed with vitamins, minerals, antioxidants, and fiber.

Try to eat a rainbow of fruits and vegetables every day and with every meal—the brighter the better. Colorful, deeply colored fruits and vegetables contain higher concentrations of vitamins, minerals, and antioxidants—and different colors provide different benefits, so eat a variety. Aim for a minimum of five portions each day.

Greens. Branch out beyond bright and dark green lettuce. Kale, mustard greens, broccoli, and Chinese cabbage are just a few of the options—all packed with calcium, magnesium, iron, potassium, zinc, and vitamins A, C, E, and K.

Sweet vegetables. Naturally sweet vegetables—such as corn, carrots, beets, sweet potatoes, yams, onions, and squash—add saine sweetness to your meals and reduce your cravings for other sweets.

Fruit. Fruit is a tasty, satisfying way to fill up on fiber, vitamins, and antioxidants. Berries are cancer-fighting, apples provide fiber, oranges and mangos offer vitamin C, and so on.

The antioxidants and other nutrients in fruits and vegetables help protect against certain types of cancer and other diseases. And while advertisements abound for supplements promising to deliver the nutritional benefits of fruits and vegetables in pill or powder form, research suggests that it’s just not the same.

A daily regimen of nutritional supplements is not going to have the same impact of eating right. That’s because the benefits of fruits and vegetables don’t come from a solo vitamin or an isolated antioxidant.

The health benefits of fruits and vegetables come from numerous vitamins, minerals, and phytochemicals working together synergistically. They can’t be broken down into the sum of their parts or replicated in pill form.

Choose saine carbohydrates and fiber sources, especially whole céréales, for long lasting energy. In addition to being delicious and satisfying, whole céréales are rich in phytochemicals and antioxidants, which help to protect against coronary heart disease, certain cancers, and diabetes. Studies have shown people who eat more whole grains tend to have a healthier heart.

Healthy carbs ( sometimes known as good carbs ) include whole grains, beans, fruits, and vegetables. Healthy carbs are digested slowly, helping you feel full longer and keeping blood sugar and insulin levels durable.

Unhealthy carbs ( or bad carbs ) are foods such as white flour, refined sugar, and white rice that have been stripped of all bran, fiber, and nutrients. Unhealthy carbs digest quickly and cause spikes in blood sugar levels and energy.

Include a variety of whole céréales in your healthy diet, including whole wheat, brown rice, millet, quinoa, and barley. Experiment with different céréales to find your favorites.

Make sure you’re really getting whole grains. Be aware that the words stone-ground, multi-grain, cent pour cent wheat, or bran can be deceptive. Look for the words “whole grain” or “100% whole wheat” at the beginning of the ingredient list. In the U. S., check for the Whole Grain Stamps that distinguish between partial whole grain and cent pour cent whole grain.

Try mixing grains as a first step to switching to whole grains. If whole grains like brown rice and whole wheat pasta don’t sound good at first, start by mixing what you normally use with the whole grains. You can gradually increase the whole grain to cent pour cent.

Avoid refined foods such as breads, pastas, and breakfast cereals that are not whole grain.

Good sources of saine fat are needed to nourish your brain, heart, and cells, as well as your hair, skin, and nails. Foods rich in certain omega-3 fats called EPA and DHA are particularly important and can reduce cardiovascular disease, improve your mood, and help prevent dementia.

Monounsaturated fats, from plant oils like canola oil, peanut oil, and olive oil, as well as avocados, nuts ( like almonds, hazelnuts, and pecans ), and seeds ( such as pumpkin, sesame ). Polyunsaturated fats, including Omega-3 and Omega-6 fatty acids, found in fatty fish such as salmon, herring, mackerel, anchovies, sardines, and some cold water fish oil supplements. Other sources of polyunsaturated fats are unheated sunflower, corn, soybean, flaxseed oils, and walnuts.

Protein gives us the energy to get up and go—and keep going. Protein in food is broken down into the 20 amino acids that are the body’s basic building blocks for growth and energy, and essential for maintaining cells, tissues, and organs. A lack of protein in our diet can slow growth, reduce bourrinage mass, lower immunity, and weaken the heart and respiratory system. Protein is particularly important for children, whose bodies are growing and changing daily.

Try different types of protein. Whether or not you are a vegetarian, trying different protein sources—such as beans, nuts, seeds, peas, tofu, and soy products—will open up new possibilités for saine mealtimes. Beans : Black beans, navy beans, garbanzos, and lentils are good possibilités. Nuts : Almonds, walnuts, pistachios, and pecans are great choices. Soy products : Try tofu, soy milk, tempeh, and veggie burgers for a change.

Downsize your portions of protein. Many people in the West eat too much protein. Try to move away from protein being the center of your meal. Focus on equal servings of protein, whole grains, and vegetables. Focus on quality sources of protein, like fresh fish, chicken or turkey, tofu, eggs, beans, or nuts. When you are having meat, chicken, or turkey, buy meat that is free of hormones and antibiotics.

Calcium is one of the key nutrients that your body needs in order to stay strong and saine. It is an essential building block for lifelong bone health in both men and women, as well as many other important functions. You and your bones will benefit from eating plenty of calcium-rich foods, limiting foods that deplete your body’s calcium stores, and getting your daily dose of magnesium and vitamins D and K—nutrients that help calcium do its job. Recommended calcium levels are 1000 mg per day, 1200 mg if you are over 50 years old. Take a vitamin D and calcium supplement if you don’t get enough of these nutrients from your diet.

Dairy : Dairy products are rich in calcium in a form that is easily digested and absorbed by the body. Sources include milk, yogurt, and cheese. Vegetables and greens : Many vegetables, especially leafy green ones, are rich sources of calcium. Try turnip greens, mustard greens, collard greens, kale, romaine lettuce, celery, broccoli, fennel, cabbage, summer squash, green beans, Brussels sprouts, asparagus, and crimini mushrooms. Beans : For another rich source of calcium, try black beans, pinto beans, kidney beans, white beans, black-eyed peas, or baked beans.

If you succeed in planning your diet around fiber-rich fruits, vegetables, whole céréales, lean protein, and good fats, you may find yourself naturally cutting back on foods that can get in the way of your saine diet—sugar and salt.

Sugar causes energy ups and downs and can add to health and weight problems. Unfortunately, reducing the amount of candy, cakes, and desserts we eat is only part of the solution. Often you may not even be aware of the amount of sugar you’re consuming each day. Large amounts of added sugar can be hidden in foods such as bread, canned soups and vegetables, pasta sauce, margarine, instant mashed potatoes, frozen dinners, fast food, soy sauce, and ketchup. Here are some tips : Avoid sugary drinks. One 12-oz soda has about 10 teaspoons of sugar in it, more than the daily recommended limit ! Try sparkling water with lemon or a splash of fruit juice. Eat naturally sweet food such as fruit, peppers, or natural peanut butter to satisfy your sweet tooth.

SHOP NOW

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *