Swell Voyage » 10 Tips for Self-Isolation, Learned from Life at Sea
Cela fait longtemps que je ne me suis pas assis pour vous rattraper ici sur mon blog. Après le projet de livre, j'avais besoin de temps loin du clavier. Beaucoup de choses se sont passées depuis, et j'en partagerai plus bientôt, mais alors que le monde entier est invité à pratiquer la «distanciation sociale» (y […]


Cela fait longtemps que je ne me suis pas assis pour vous rattraper ici sur mon blog. Après le projet de livre, j'avais besoin de temps loin du clavier. Beaucoup de choses se sont passées depuis, et j'en partagerai plus bientôt, mais alors que le monde entier est invité à pratiquer la «distanciation sociale» (y compris moi-même ici dans le Pacifique Sud), j'ai pensé qu'il pourrait être utile de partager une partie de ce que la vie en mer m'a appris à vivre plus lentement et plus isolé des autres.

COVID-19 nous a tous arrêtés dans notre élan. En plus de nos courageuses équipes médicales et de ceux qui travaillent en première ligne pour faire fonctionner les éléments vitaux de notre société, «s'isoler» est le meilleur moyen pour la plupart d'entre nous d'être utile pendant cette période critique et incertaine. La propagation du virus lui-même est effrayante, tout comme l'avenir financier de tant de personnes en ce moment. Nous ne savons pas ce que l'avenir nous réserve ni combien de temps cela va durer, Alors, comment pouvons-nous nous éloigner des sentiments d'anxiété et faire de l'auto-isolement une expérience plus positive?

Il faut se souvenir que dans toute adversité, se trouve l'opportunité. Nourrir nos peurs ne sert à rien; c'est à nous d'ajuster notre attention aux avantages d'être isolés. Pendant la majeure partie de ma vie d'adulte, j'ai choisi un mode de vie d'isolement à bord de Swell. Au début, la solitude et l'inconnu ont fait craindre la rareté, la solitude, le manque. Mais une fois que je suis arrivé là-bas, j'ai réalisé que ces craintes n'étaient pas fondées et qu'une vie plus lente et plus isolée avait en fait de nombreux avantages, à la fois pour moi et pour l'environnement.

En peu de temps, les choses importantes de la vie sont devenues plus apparentes– Ma famille, ma santé, ma nourriture et mon abri. Des soucis superficiels comme avoir les dernières tendances de consommation ou porter une tenue élégante ont fondu. Cela a rendu la vie délicieusement plus simple, tout comme le fait d'avoir ressources limitées à bord de Swell. Ne pas pouvoir me précipiter vers le magasin m'a obligé à être ingénieux et créatif avec ce qui était à portée de main. C'est devenu un défi amusant. Oh la satisfaction de trouver l'utilisation parfaite de l'upcycling pour ce qui autrement aurait été une poubelle !? Les vieilles voiles sont devenues des couvertures solaires, les combinaisons usées sont devenues des protecteurs de chaffe, les sacs en plastique ont été lavés et réutilisés d'innombrables fois, l'équipement cassé a été reconstruit et les mises à niveau personnalisées ont été faites à partir de ce que j'avais à bord.

J'ai aussi gagné un appréciation plus profonde des choses simples, en particulier la nourriture. Les magasins n'étant pas toujours accessibles, il était hors de question de gaspiller de la nourriture. Des repas centrés sur la maximisation de mes provisions en me demandant, qu'est-ce qui va mal en premier? J'ai rapidement vu que la nourriture en surstock signifiait qu'elle devenait viciée ou moisie avant que je puisse finir. Plutôt que de surapprovisionner, il valait mieux faire plus avec moins. J'ai appris à utiliser le poisson entier, à chérir ces tiges de brocoli, les bananes pourries sont devenues du pain aux bananes, un réchauffement rapide au four a ramené le croquant en chips ou en craquelins. J'ai également pris conscience de ce que j'avais acheté, car mes «déchets» étaient stockés à bord du Swell jusqu'à ce qu'ils puissent être traités de manière appropriée.

En plus d'apprendre à faire plus avec moins, il y avait de nombreux avantages personnels à passer du temps seul. L'isolement m'a aidé à me connaître comme jamais auparavant. J'ai commencé à remarquer mes rythmes corporels et à façonner mes journées en conséquence. Augmentation de la conscience de soi et moins de distraction, amplifié mon intuition et mes instincts. Et ces tendances de mon personnage dont je savais que j'avais besoin de travail sont devenues très claires. La solitude dans la nature a également ouvert une connexion spirituelle avec le Grand Mystère tout autour de moi. J'ai ressenti l'unité de toutes choses, et cela m'a fait sentir que je faisais partie de quelque chose de merveilleux et que je voulais faire plus pour protéger notre précieuse Terre.

Et puis il y avait le luxe du temps–Il semblait y en avoir plus quand on vivait isolé. Le temps d'être présent, le temps de réfléchir. Il est temps de rêver. Dans le tourbillon de la vie moderne, ce «temps mort» du COVID-19 est clairement une chance d'être plus présent que d'habitude - avec nous-mêmes et nos proches. C'est une rare interruption des routines exigeantes, offrant un moment pour réfléchir à où nous en sommes dans nos vies et où nous allons. Il est temps de réfléchir à nos habitudes. Nos modèles, nos croyances, notre but, notre concentration en tant qu'humains. La trajectoire de l'humanité!? Voulons-nous changer de cap? Comment pouvons-nous nous diriger vers la vie de nos rêves, aider davantage les autres et restaurer l'harmonie écologique sur la planète? Comment pouvons-nous ré-imaginer un monde où tous les êtres peuvent prospérer?

Voici quelques autres aperçus de mes années en mer pour, espérons-le, rendre cette période de distanciation sociale plus agréable:

  1. ACCEPTATION. Résister à la situation actuelle est futile, alors acceptez que ce sera comme ça pendant un moment. Lorsque le vent se détournait de ma faveur au passage, je m'agrippais souvent et gémissais à ce sujet pendant un moment. J'ai vite réalisé qu'être négatif ne faisait qu'empirer les choses. Une fois que j'avais lâché prise et accepté la situation pour ce qu'elle était, il était plus facile d'en rire et de me concentrer sur les doublures argentées.
  2. SORS. Lorsque rien n'a de sens ou que l'inspiration est à court, la nature offre une nouvelle perspective. Si je sentais des tiraillements de solitude ou juste énergiquement vicié, l'air frais renouvelé, les nuages ​​tourbillonnants inspirés, la surface de la mer apaisée, les rayons du soleil soulevés, l'horizon expansif a redonné espoir. Sortez et explorez ces sentiers près de chez vous, passez une nuit sous le ciel du désert, faites une longue promenade sur la plage. Même si c'est juste sortir dans la cour, ça fait du bien. Soyez présent, dissolvez-vous dans les détails et laissez la nature opérer sa magie réparatrice.
  3. RALENTIR. Vous n'avez pas besoin d'être productif tout le temps. J'ai personnellement du mal à cela, mais nous sommes dans une pause sans précédent par rapport à l'agitation incessante. Prenons le temps de bien se détendre. La plupart d'entre nous à la maison descendons de l'adrénaline constante du rythme de la vie quotidienne, alors relâchons un peu les rênes et ne soyons pas durs avec nous-mêmes à ce sujet. Si votre corps ou votre esprit semblent vouloir plus de repos que d'habitude, écoutez!
  4. QUAND VOUS NE POUVEZ PAS SORTER, ENTREZ. Il y a un univers intérieur que nous pouvons explorer si nous prenons le temps d'aller vers l'intérieur. J'ai tenu un journal quotidien sur Swell qui m'a aidé à m'enregistrer moi-même. J'ai noté des choses que je pourrais améliorer, des objectifs et des rêves pour l'avenir. J'ai fait des listes de gratitude quand je me sentais mal. Et lentement mais sûrement je suis devenu à l'aise assis en méditation et en me connectant à une dimension au-delà du physique. Alors éteignez Internet. Prenez un stylo et du papier. Ou installez-vous confortablement quelque part, fermez les yeux, observez votre esprit, votre respiration et vos sens non visuels. Écoutez attentivement. Pouvez-vous sentir le cosmos au-delà du bavardage de l'esprit?
  5. PARTAGER C'EST AIMER. J'avais l'habitude de cacher des tablettes de chocolat noir sur Swell dans mon tiroir à sous-vêtements quand j'avais un équipage à bord. Mais je me suis toujours senti coupable de les manger seuls, donc ils finiraient par mal tourner de toute façon. Le fait de stocker de la nourriture et des articles ménagers peut momentanément nous faire sentir plus en sécurité, mais c'est ne pas dans l'esprit de solidarité et de compassion que nous devons embrasser pour surmonter cette pandémie. De plus, une grande partie sera probablement gaspillée. Le gaspillage alimentaire représente environ 8% des émissions mondiales de gaz à effet de serre provoquant le changement climatique, et 1 personne sur 9 aux États-Unis est en situation d'insécurité alimentaire!? Alors, s'il vous plaît, faites un don à des collectes alimentaires locales si vous avez trop acheté. Nous sommes tous dans le même bateau!
  6. MAINTENEZ VOTRE ESPACE. Lorsque l'inspiration pour être productif frappe, commencez par vous assurer que votre espace de vie est propre et organisé. Ceci est particulièrement important lorsque vous passez de longues périodes dans le même espace. Oh, et peut-être qu'il est temps de changer de vêtements et de se brosser les dents? Je sais par expérience que l'isolement peut conduire à «relâcher les lignes» en matière d'hygiène. Honnêtement, ma brosse à cheveux est l'un des articles les moins utilisés sur Swell, mais quand il est temps, il est temps ... vous le saurez. Et après avoir fait le ménage, commencez les petites choses que vous voulez toujours faire mais pour lesquelles vous n'avez jamais le temps. Huilez cette charnière qui grince. Dénudez votre cire et fixez les coups sur votre tableau magique. Cousez les trous dans cette pile de vêtements en attente de réparation. Nettoyez votre placard et faites une pile de dons. Serrez les poignées de ces armoires de cuisine. Nettoyer les fenêtres. Réduire la liste des choses à faire peut être si satisfaisant.
  7. SOYEZ RESSOURCE. Faire plus avec moins. Que pouvez-vous faire, réparer, créer en utilisant uniquement ce que vous avez autour de vous? Amuse-toi. Que ce soit un thème de votre temps dans l'auto-isolement. Je suis tellement excité de trouver des solutions à mes besoins en utilisant ce qui aurait autrement été jeté. La litière de Tropicat a été fabriquée à partir d'un contenant d'huile moteur en plastique jeté que j'ai trouvé dans un chantier naval. J'ai fabriqué une ancre terne respectueuse des coraux avec un vieux tambour de frein et un morceau de ligne flottante à partir d'un filet de pêche abandonné. Qu'est-ce qui traîne qui peut être transformé en balançoire pour les enfants, pot de fleurs, table basse, carillon éolien? La réutilisation permet d'économiser de l'argent, stimule l'esprit et allège notre empreinte. Pour plus d'inspiration, cherchez en ligne des idées d'upcycling!
  8. SOINS AUTO-ADMINISTRÉS. Mettez un peu d'énergie supplémentaire pour vous sentir bien au moins une fois par jour. Cela pourrait être aussi simple que de couper vos ongles, de boire un grand verre d'eau au réveil, de vous allonger au soleil. Avez-vous besoin d'un peu de temps seul si vous vous isolez avec les autres? Prenez quelques respirations profondes. Lis. Écrivez quelques affirmations et dites-les à voix haute. Faites cuire quelque chose de sain. Ou mon préféré, Danse! Beaucoup d'entre nous ne peuvent pas accéder à nos routines d'exercices habituelles, il est donc essentiel de trouver un moyen d'intégrer un peu de fitness à nos jours - utilisez YouTube pour trouver une vidéo d'entraînement ou de cours de danse, ou participez à des séances de yoga en direct, de respiration, & cours d'exercices disponibles en ligne et soutenez vos instructeurs locaux. Après, peut-être qu'un bain sonne bien? Faites un gommage exfoliant à partir de marc de café usagé + huile de noix de coco et frottez chaque centimètre de vous-même!
  9. FAIRE PREUVE DE CRÉATIVITÉ. Ne cédez pas à l'ennui. Je n'ai honnêtement jamais ce problème, car il y a toujours quelque chose à faire sur Swell, mais c'est tellement bon pour nous d'être créatifs. Alors dépoussiérez votre carnet de croquis, asseyez-vous avec votre guitare, plantez un jardin ou un jardin d'herbes aromatiques. Apprenez à faire du pain maison. Peindre. Essayez de nouvelles recettes. Écrivez un poème ou une chanson ou des lettres à vos proches. Préparez du lait d'avoine maison. Apprenez de nouveaux nœuds. Créez un tableau de vision. Recherchez le sujet qui vous intéresse. Écouter de la musique. Les options sont infinies! Faire quelque chose en dehors de nos routines habituelles stimule de nouvelles idées et suscite de bons sentiments.
  10. SOYEZ PRÉSENT AVEC VOTRE ÉQUIPE. Pour ceux qui s'isolent avec des partenaires, des parents, des enfants ou des amis, c'est un moment privilégié pour être plus présents les uns avec les autres. Au milieu de la précipitation et du multitâche habituels, nous manquons de connexion. Mais j'ai appris très vite que lorsqu'on navigue avec l'équipage pendant de longues périodes, il est très important de s'enregistrer souvent les uns avec les autres pour s'assurer que tout le monde se sent bien. Aussi simple que de demander: "Ça va?" peut aller très loin. Soyez direct avec amour, afin que les petits malentendus ne se transforment pas en une vague de tension. Et prenez un moment dans la journée pour être très présent avec votre équipage. Ne vérifiez pas vos e-mails. Ramenez votre esprit quand il se faufile. Les effets de vous rendre plus disponible émotionnellement et physiquement pour ceux qui vous entourent sont immédiats et réconfortants. Cela fait monter l'ambiance, les enfants se comportent mieux, les angoisses se dissolvent, nous nous sentons plus en sécurité, plus heureux et plus optimistes.

Envoi à tout le monde tellement d'amour en ce moment! Nous y parviendrons! Et j'espère refaire surface plus fort, plus cohésif et prêt à aider à façonner un avenir meilleur.

Big Hug, Capt Liz


One of my biggest regrets from the first year of my travels was that I wasn’t brave enough to try any of the local food. I was raised a picky eater and that, combined with debilitating anxiety and an eating disorder, led to me believing that I would either hate or be allergic to anything I hadn’t tried before. I love trying new things, and I’ve found a thousand amazing dishes that I never would have discovered if I’d continue to eat from supermarkets around the world. Trying new food isn’t scary, and you’ll build your confidence up as you fall in love with more and more things.

One of the first lessons I learned on the road was that your plans will nearly always change. You’ll arrive in a place and hate it and want to leave immediately, or you’ll fall in love with a destination and want to spend longer there. You’ll make friends with a group of awesome people and want to change your plans so you can travel with them for longer, or you’ll find out about an amazing-sounding town that’s nearby and want to head there instead.

Sure, you should have a rough plan for your trip, but don’t book everything in advance or you’ll likely feel too restricted and end up regretting it. Book a one-way ticket and your first few nights of accommodation — you’ll figure the rest out along the way. It’s not as intimidating as it sounds. If you’re in a tourist destination there’ll always be someone who’s willing to take your money by giving you a place to stay.

If you do only one thing before you leave, make it getting travel insurance. I’ve heard far too many horror stories of travellers injuring themselves in remote places and ending up in hundreds of thousands of dollars worth of debt. Don’t think that it won’t happen to you, because you know those travellers thought that, too. I’ve use World Nomads for my travel insurance provider for six years and recommend them to everyone I know. They were fantastic to deal with when making a claim.

People laughed at me when I said that I was carrying around a dozen spare passport photos, but they’ve been incredibly useful and saved me a ton of time and hassle. Who wants to wander the streets of some rural town in Cambodia searching for someone who can take your photo ? Friends of mine had to do this !

I’ve used them to apply for visas around the world, to get a new passport when mine expired while I was on the other side of the planet, and I even needed one to buy a local SIM card in Nepal ! Having spares in my backpack meant that I didn’t have to waste a day researching and then wandering around a city to try to find someone who could take a passport-sized photo of me.

I’m fortunate to have never had to deal with lost luggage, but I did have my backpack ripped open on a flight and I was grateful to have not had anything valuable in it at the time. I’ve also been on dodgy buses in Southeast Asia where we’ve arrived at our destination and people have had items stolen by someone hiding out in the luggage hold while we were transit.

If there’s anything I’d be upset to lose, I keep it in my daypack, which is always by my side on travel days. For me, that’s my passport, laptop, camera, external drive, a debit card, and some spare cash. As long as I have all of these, I can survive indefinitely.

When you travel, you’re in the sun more than most people thanks to months of island-hopping and beach time, as well as entire days spent outside exploring. Wear sunscreen every single day, regardless of the weather and temperature, because you really don’t want your trip of a lifetime to result in skin cancer or a body that’s blanketed in leathery wrinkles.

There have been so many times when I’ve been too shy to ask someone to take my photo in a place and I’ve almost always regretted it. After eight years of travel, I probably only have around 200 photos of me around the world. Photos of the beautiful places you visit are great and all, but when you get home, they’re not all that different to the ones everyone else has taken there, too. Photos with you in them are special and they’ll mean a lot more to you when you look back at them. You’ll gain more respect from the locals if you can at least say hi, please, sorry, and thank you. On that note, remember : if you don’t speak the language, it’s your problem, not theirs. And please don’t start speaking louder to make yourself understood. Try miming instead, or using a translation app on your phone.

Travel isn’t conducive for sleep, whether it’s snorers in dorm rooms, early risers rustling plastic bags, or drunk backpackers stumbling around in the middle of the night. Even if you don’t stay in hostels, you’ll still have to deal with street noise from outside, loud bars nearby, and uncomfortable overnight journeys. Pack some ear plugs and a sleep mask in your bag to help improve your sleep. I’ve been using Sleep Phones to block out light and listen to podcasts and I love them.

I’d always been all about the packing cubes, until I discovered vacuum-sealed variantes of them ! You throw your clothes in, seal the bag, then roll it up to push out all the air. I can literally fit twice as many clothes in my backpack when I use these ! Even if you don’t want to carry more things in your bag, it frees up so much space that if you need to pack in a hurry, you can just chuck everything in.

Sometimes your bank will block your card, sometimes your card won’t work in an ATM, and sometimes you could even lose it or have it stolen. Bring at least three debit/credit cards with you that are all linked to different accounts ( with money in them ! ) Keep one in your backpack, one in your daypack, and one on your person.

I carry a spare 300 USD that’s split up in various places in my backpack, daypack, and occasionally, my shoe when I’m nervous I’ll be robbed. It means that in a worse-case scenario, I can pay for some food, a dorm bed, and a Skype call to my family to get an emergency wire transfer until I can get back on my feet again. I went with U. S. dollars because it’s the most widely accepted currency around the world and easy to change.

When I decided to see if it was possible to visit the Maldives on a budget back in 2014, information was so sparse that I couldn’t even find a photo of the islands I’d decided to visit. Well, that trip was one of my highlights of the past eight years and I’m so glad I went, despite not being able to find any information online. And the advantage to that lack of information was getting to be the only tourist on an entire island — I had the whole beach to myself ! If you know it’s safe to travel somewhere, but can’t find out much else, go for it. It’s probably far easier to get there than you think. And if not, it makes for a good story.

I’m definitely testament to that ! But expecting everything to go perfectly on your trip is only setting yourself up to fail. Nobody goes travelling and comes back without any stories of mishaps. No matter how prepared you are, at some point you’re going to get lost, get scammed, miss your bus, get food poisoning, injure yourself… the list is endless ! Expect it to happen, and don’t beat yourself up when it does. In a month’s time, you’ll find it funny rather than frustrating.

It achieves absolutely nothing and makes you look like an asshole. Instead, calm down, put a smile on your face, think of how this will make a great story one day, and rationally figure out an solution plan. This too shall pass.

What happens if you arrive in a city, go to grab your mail confirmation for your accommodation, and your phone and laptop are out of battery ? I always make sure I have a copy of my guesthouse name and their address, as well as directions if I won’t be taking a taxi. Once I arrive, I’ll grab one of the hotel’s business cards, so I’ll always know where I’m staying, and can show it to locals to ask for help with finding my way back.

So many people will tell you not to travel with jeans, but if you wear jeans all the time at home, you’ll want to wear them while travelling, too. I didn’t start travelling with pantalons until my second year of travel, and guy, I missed them so much ! They’re not *that* bulky so you really don’t need to worry about the extra space and weight. And in many cities in Europe, you’ll want to wear jeans to fit in with the locals — you don’t want to look like a grubby backpacker in Paris !

Checking out is when you’re most likely to lose something. Whenever I check out of a place, I check the bathroom, I check under the beds, I check the desks, and then I make sure I have my passport, laptop, camera, money, phone, and external drive. I’ll be fine if I leave anything else behind. Having a routine that you go through every single time will help you keep track of everything. I learned my lesson with this one when I left my passport behind in a guesthouse in Bagan, then left it in an apartment in London two months later.

SHOP NOW

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *